Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 14:53


Pour fêter ses cinq ans de présence en Turquie, mon amie Nathalie décide de faire découvrir à Enver, un de ses proches amis turcs de passage à Istanbul, et à moi-même, Rumeli Feneri, un coin qui lui tient particulièrement à coeur.

01

La photo satellite du Bosphore avec Rumeli Feneri en point de mire.


Située à 1h30 de bus d'Istanbul à l'extrémité nord du Bosphore, la petite bourgade, construite sur les rives de la mer Noire, possède un charme certain. Ici, pas de maisons anciennes mais un site très agréable dominé par un phare tout blanc qui sert d'amer pour les bateaux.

02

Le village de Rumeli Feneri et son phare (1856).


Au loin, sur le Bosphore, défilent à un rythme régulier toutes sortes de bateaux : ferries, paquebots, porte-conteneurs, rouliers, céréaliers, méthaniers, tankers... au total près de 60 000 navires par an, ce qui en fait un des lieux de trafic maritime les plus importants au monde. Regarder ces mastodontes entrer ou sortir du détroit à vitesse réduite (dix noeuds autorisés) est un spectacle permanent dont je ne me lasse pas.

03

Un cargo entrant dans le Bosphore.


Rumeli Feneri est avant tout un port de pêche. Les chalutiers à quai sont là pour nous montrer combien l'activité est encore importante aujourd'hui
. On pêche entre autres le bar, la daurade et l'anchois, mais malheureusement, la pollution de la mer Noire fait que les prises sont bien moins variées et nombreuses aujourd'hui qu'il y a quelques dizaines d'années.

04

Le port de Rumeli Feneri et l'entrée Nord du détroit du Bosphore.


Chaque week-end, le village accueille quelques dizaines de turcs venus en famille ou entre amis pour pique-niquer au bord de l'eau ou faire un tour en bateau. La douceur et la quiétude des lieux n'en sont pas perturbées pour autant...

05
Le port et le bourg de Rumeli Feneri.


Jouissant d'une position stratégique, le site a été défendu de façon quasi-continue au fil des siècles. Aujourd'hui, on peut voir les vestiges d'un fort construit en 1769 par un ingénieur  militaire grec au service de l'Empire ottoman.

06

Les ruines du fort ottoman (XVIIIe siècle).


Plus proche de nous, pendant la période de la guerre froide avec l'Union Soviétique, ce lieu a retrouvé son importance stratégique. La Turquie, base avancée de l’Alliance Atlantique, y a installé une base militaire de
façon à mieux contrôler le Bosphore.

07
La cour du fort avec ses arcades.


Les militaires ont quitté le fort dans les années 90. Depuis, il est à l'abandon. La vue y est fort belle. On y découvre une côte encore préservée et, au loin, toute une flotte de navires au mouillage.

08

Les navires au mouillage en attente de l'autorisation de passage.


L'air marin, le vent, les goélands, le bruit des vagues s'écrasant sur les rochers... pour peu, je me croirais dans ma Bretagne natale...

09
Le photographe photographié (une fois n'est pas coutume).


D'ailleurs, comme en Bretagne, une série de légendes entoure ce site comme celle de la Toison d'or. C'est ici que, selon la mythologie grecque, Jason et les Argonautes, à bord de leur navire Argos, auraient affronté des dangers inouïs au milieu des rochers mouvants avant d'aller s'emparer de la Toison d'or, la toison d'un bélier immortel aux pouvoirs magiques.

10

Détail d'un vase représentant Jason rapportant la Toison d'Or au roi Pélias (340 av. J.-C.).


Mais il est temps de fêter dignement les cinq ans de présence de Nathalie en Turquie. Aussi, nous invite-t-elle dans l'un des restaurants de poissons du village donnant directement sur le port. Après les traditionnels meze (assortiment d'entrées chaudes et froides), nous nous délectons des poissons cuits à merveille par le chef-cuisinier.

11

Une assiette de rougets de la mer Noire.


En dessert, le helva au four, gâteau à base de roux de farine, saupoudré de noisettes, enchante nos papilles.

12
Le helva servi très chaud.


Après ce délicieux repas, nous faisons un dernier tour dans les rues du village avant de reprendre le bus pour Istanbul. Merci pour cette merveilleuse journée Nathalie...

13
Nathalie et son appareil-photo dont elle ne se sépare jamais...


... et encore une fois, bon anniversaire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Hubert Longépé - dans Mer Noire
commenter cet article

commentaires

Corombelle 10/04/2011 08:18


Très jolies photos, j'ai pris du plaisir à vous lire. J'envisage maintenant de partir en famille (en juillet 2011) à Istanbul, à Amasra et peut-être Saframbolu. Salutations de Belgique.


Hubert Longépé 09/05/2011 21:11



Bons préparatifs de voyage à vous et merci beaucoup pour votre commentaire depuis la Belgique...